Prévention contre l'illettrisme

La lutte contre l'illettrisme est une priorité nationale. L'éducation nationale est l'un des acteurs majeurs en matière de prévention des difficultés de lecture et d'écriture. La refondation de l'École, les dispositifs d'accompagnement à la scolarité et le soutien porté aux associations et mouvements d'éducation populaire permettent d'avancer dans ce domaine.

Qu'est-ce que l'illettrisme ?

L'illettrisme désigne la situation d'une personne qui a bénéficié d'apprentissages mais qui n'a pas acquis - ou qui a perdu - la maîtrise de la lecture et de l'écriture, en raison notamment d'apprentissages trop fragiles. Dès lors, cette personne ne possède pas les compétences de base pour être autonome dans les situations simples de la vie courante et se trouve particulièrement exposée au risque d'exclusion sociale.

Souvent invisible, l'illettrisme est pourtant une réalité. 2,5 millions de personnes se trouvent en situation d'illettrisme, soit 7% des personnes ayant été scolarisées en France et âgées de 18 à 65 ans (source : Insee, enquête 2012 "Information et vie quotidienne"). Les évaluations menées dans le cadre de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) soulignent que, si 81,8% des jeunes Françaises et Français de 17 ans ou plus sont des lecteurs efficaces, 9.6 % sont en difficulté de lecture parmi lesquels 4,1% sont en grande difficulté.

La prévention de l'illettrisme

Le plan "Agir contre l'illettrisme" : l'École se mobilise

La prévention de l’illettrisme est au cœur des missions de l’éducation et commence en classe, dans les écoles et les établissements du second degré. Pour accompagner l’ensemble des acteurs de la communauté éducative, de nouvelles mesures complètent celles qui existent déjà et qui ont montré leur efficacité. Le plan de mobilisation de l’éducation nationale "Agir contre l'illettrisme" porte sur :

  • une meilleure sensibilisation et une meilleure information des équipes éducatives

  • la consolidation du pilotage du réseau "maîtrise de la langue"

  • le renforcement du lien entre l’École et les familles

  • le renforcement des partenariats

Les actions de prévention de l'illettrisme pour les élèves de moins de 16 ans

La refondation de l'École a pour objectif d'agir le plus précocement possible pour lutter contre les inégalités et de favoriser des apprentissages durables et plus solides :

  • recrutement de nouveaux maîtres

  • formation des enseignants

  • priorité à l'école primaire : "plus de maîtres que de classes", scolarisation des enfants de moins de trois ans dans les secteurs socialement défavorisés

  • redéfinition des missions de l'école maternelle et mise en œuvre à la rentrée 2015 du nouveau programme de l’école maternelle qui vise prioritairement la réduction des écarts langagiers pour prévenir les difficultés et lutter contre les inégalités

  • redéfinition des cycles d’enseignement, du socle commun de connaissances, de compétences et de culture, et des programmes de l’école élémentaire et du collège mis en œuvre à la rentrée 2016

  • renforcement des liens entre école maternelle et école élémentaire, école et collège, collège et lycée, pour favoriser la continuité des apprentissages et accompagner les transitions d'un cycle à un autre

  • évaluation des élèves de cours élémentaire deuxième année (CE2), afin de permettre aux équipes pédagogiques d’identifier les difficultés et de proposer des réponses adaptées aux besoins des élèves

  • mobilisation des apports de la recherche et mutualisation des actions notamment dans le cadre de la refondation de l’éducation prioritaire

  • en relation avec la mobilisation de l’École pour les valeurs de la République, renforcement de la place de la langue française dans la construction de la pensée et de la citoyenneté, notamment à travers l’apprentissage de l’argumentation, du jugement et du débat, tant à l’oral qu’à l’écrit

Le rôle de l'École est de favoriser l'entrée dans le langage et son appropriation à travers l'expression orale, puis de permettre à tous les enfants d'apprendre à lire, à comprendre les textes, à s'exprimer à l'oral et à l'écrit de manière fluide et efficace. Tout au long de la scolarité, les apprentissages qui permettent d'acquérir une bonne maîtrise de la langue française se poursuivent, dans l'ensemble des disciplines. Des dispositifs d'aide sont prévus pour accompagner les élèves les plus fragiles et garantir des apprentissages plus solides.

La lutte contre l'illettrisme après l'âge de la scolarité obligatoire

Les jeunes âgés de 17 ans et plus passent un test de compréhension de l'écrit lors de la journée défense et citoyenneté (JDC). Ce test permet de repérer les jeunes en difficulté avec la maîtrise de la lecture et la compréhension de l'écrit. Les jeunes scolarisés qui se trouvent dans cette situation bénéficient d'un accompagnement renforcé dans les établissements dont ils dépendent. Un travail est en cours pour offrir à ceux qui ne sont plus scolarisés des possibilités de réapprentissage, notamment par le biais des plateformes de suivi et d'appui aux décrocheurs.

Les actions de lutte contre l'illettrisme en lien avec les familles

La prévention de l'illettrisme doit être menée dans une relation de confiance avec les familles, grâce à un dialogue entre l'École et les parents, afin d'accompagner au mieux l'enfant en difficulté, tout particulièrement dans les secteurs touchés par la grande pauvreté.
 
 Les actions éducatives familiales (AEF) jouent un rôle important dans la fédération des actions qui s'adressent aux parents en situation d'illettrisme ou de grande fragilité linguistique et à leurs enfants.

Les partenaires de l'École pour agir contre l'illettrisme

Le ministère de l'éducation nationale développe des actions en partenariat avec l'ensemble des acteurs, et notamment le monde associatif, à destination des enfants et des adolescents. L'accès aux livres et à la lecture, le goût des mots et le plaisir du texte sont favorisés.