Adaptation à l'emploi

Deux dispositifs, en partenariat avec PSA automobiles et la Marine nationale, donnent de bons résultats en termes d’insertion et d’adaptation immédiate à l’emploi.

L'entreprise PSA automobile

Les élèves préparent un Bac Professionnel Maintenance des Véhicules Automobiles ou un Bac Professionnel Réparation des carrosseries.

En classe de première et de terminale, les élèves reçoivent une formation technique et commerciale spécifique de 64h. PSA fournit aux lycées des véhicules de nouvelle génération et les outils de diagnostic identiques à ceux du réseau, ce qui permet de mettre en œuvre les dernières innovations technologiques. C’est un gage de motivation supplémentaire.

Les élèves effectuent leurs stages au sein des concessions Peugeot et Citroën où ils sont gratifiés à hauteur de 30 % du SMIC.

Ce cursus est reconnu dans l’ensemble du réseau par un label de première expérience professionnelle, co-délivré par les lycées et la direction régionale Peugeot et Citroën.

"Cette première expérience est un atout qui contribue activement à l’insertion professionnelle des élèves et permet les poursuites d’études notamment en BTS," témoigne Alain You, responsable inter-académique du Dispositif d’Accompagnement vers l’Emploi PSA.

4 lycées engagés

  • lycée professionnel Bel Air à Tinténiac (35),
  • lycée Chaptal à Saint-Brieuc (22), 
  • lycée professionnel Jean Jaurès à Rennes (35)
  • lycée professionnel Jean Guéhenno à Vannes (56).

La Marine nationale

Les élèves préparent un Bac Professionnel maintenance des équipements industriels (MEI), électrotechniques, énergie, équipements communicants (ELEEC) ou systèmes électroniques numériques (SEN).

Le dispositif d’adaptation se traduit par :

  • un suivi conjoint de la scolarité sur les 3 années de formation,
  • un stage professionnel de 2 semaines en classe de première dans la Marine nationale,
  • un stage professionnel de 8 semaines en classe de terminale sur la base de Saint-Mandrier (83).

Par ailleurs, les jeunes bénéficient de 2h de cours hebdomadaires, en première et terminale, consacrées à des connaissances techniques spécifiques « Marine ».

Grâce à ce dispositif, les jeunes se construisent progressivement une identité de « marin » et leur motivation produit un effet d'entrainement pour la classe. La présence de jeunes filles dans des sections à dominante masculine est appréciée, d’autant plus qu’elles jouent un rôle particulièrement positif dans le groupe.

Le passage par la base de Saint-Mandrier est un moment décisif dans le parcours des élèves. Ils découvrent la vie à bord pendant la semaine en mer.

Pour les élèves qui ne poursuivraient pas dans ce projet, la formation reste très profitable. En effet elle permet aux élèves de faire mûrir leur projet professionnel vers d’autres voies et de capitaliser sur les connaissances acquises.

Sur le plus long terme, la Marine nationale a pu mesurer que les bacheliers professionnels qui, grâce à leurs bons résultats, ont été admis à l’école de Maistrance, accèdent à des postes à responsabilités.