Réalisation  Clément LIEVRE 

 

L'accrochage de la tête de myosine sur l'actine
Les têtes de myosine ne peuvent s'accrocher aux molécules d'actine que si leurs sites d'accrochage sont accessibles. Or dans un muscle au repos les sites d'accrochage sont en partie masqués par les molécules de tropomyosine. Ce sont les complexes de troponine qui, grâce à l'intervention d'ions calcium, permettent de démasquer les sites d'accrochage et de rendre ainsi possible la contraction musculaire.

légende

Animation C. LIEVRE

1 Dans un muscle au repos il y a peu d'ions Ca2+ dans le cytoplasme de la cellule. Le filament de tropomyosine recouvre en partie les sites d'accrochage des molécules d'actine les rendant inaccessibles aux têtes de myosine.
2 Sous l'effet d'une stimulation nerveuse le cytoplasme s'enrichit subitement en ions Ca2+ qui se fixent sur le complexe de molécules de troponine en modifiant sa configuration spaciale.
3 Le complexe de troponine se déplace alors entre les molécules d'actine entrainant avec lui le filament de tropomyosine, ce qui libère les sites d'accrochage de l'actine.
4 Les têtes de myosine activées par l'ATP s'accrochent aux sites de liaison situés sur les molécules d'actine et, en se repliant, font glisser la myosine entre les filaments d'actine. Le cycle d'accrochage-décrochage permettant le glissement de l'actine sur la myosine se reproduit tant que les ions Ca2+ sont fixés sur la troponine.
5 Le réticulum endoplasmique réabsorbe progressivement les ions Ca2+ qui se détachent de la troponine. Le complexe de troponine reprend alors sa position initiale, entraînant le filament de tropomyosine qui masque à nouveau les sites d'accrochage : la contraction s'arrête.