acRennes ecole confiance

L'académie de Rennes

Partager cette page

Le projet académique "Bretagne Horizon 2025" - du bilan au projet académique
S'informer

L’académie de Rennes est présentée depuis plusieurs années comme ‘‘l’académie de toutes les réussites‘‘.
Ces bons résultats masquent toutefois des disparités importantes entre les élèves et entre les territoires

La réussite aux examens est excellente sur les trois baccalauréats - professionnel, technologique et général -, le diplôme national du brevet ainsi que les diplômes professionnels.


Les évaluations nationales à l’entrée en sixième montrent des performances nettement supérieures à la moyenne du territoire national.

 

 

 

La réussite des élèves aux examens en Bretagne

 

Entre les élèves
Les résultats obtenus lors des Journées Défense
Citoyenneté pour tous les citoyens avant l’âge de 18 ans,
montrent que la proportion des jeunes en difficulté de
lecture est en hausse constante : elle est passée de 7.3 en 2012 à 9.5 en 2018.
En CP et CE1, la proportion d’élèves en fragilité reste
contenue en dessous des 25% pour la plupart des compétences évaluées en français mais elle dépasse 40% dans plusieurs compétences en mathématiques. Les inégalités liées au sexe sont particulièrement visibles en mathématiques où les stéréotypes perdurent dès le plus jeune âge :
à l’entrée en CP, alors que les résultats en mathématiques des filles sont meilleurs que ceux des garçons, la tendance s’inverse à partir de la classe de CE1.
À l’entrée en sixième, 19.9% des élèves montrent une
maîtrise insuffisante en mathématiques et 9.9% en français.
Les filles sont plus nombreuses que les garçons à avoir un niveau de maîtrise ‘‘satisfaisant’’ à ‘‘très bon’’ en français.
Les garçons sont deux fois plus nombreux que les filles à
avoir un niveau de maîtrise ‘‘fragile’’ ou ‘‘insuffisant’’.
À l’issue de la classe de troisième, parmi les domaines du socle commun de connaissances, de compétences et de culture évalués, les garçons ont une maîtrise plus fragile des compétences. Par exemple, cela se traduit par une moyenne globale aux évaluations de 13.8/20 en mathématiques (filles : 15.3/20) et de 13.50/20 pour le français (filles : 14.5/20).
  Entre les territoires
En 2018, 10.8% des élèves inscrits dans des établissements relevant du Réseau de l’Éducation prioritaire (REP) et 10.0% en REP+ sont entrés en classe de sixième avec au moins un an de retard (moyenne académique : 6.8%)
Les élèves scolarisés dans un dispositif relevant de l’éducation prioritaire sont proportionnellement plus nombreux - près de 40% - à présenter des faiblesses dans l’acquisition des compétences en mathématiques contre à peine 20% sur l’ensemble de l’académie.
Les bassins de la ruralité présentent des résultats
nettement inférieurs à ceux des bassins les plus urbains
en matière de maîtrise des savoirs fondamentaux : par
exemple, la proportion d’élèves à l’entrée en sixième ayant un ‘‘très bon’’ niveau de maîtrise en mathématiques varie du simple au double, avec des écarts allant jusqu’à 9 points.
En observant les résultats au Diplôme National du Brevet, on constate que les établissements des communes en zone rurale ont un taux de réussite inférieur de 1,1 point par rapport aux établissements des communes en zone urbaine. Le pourcentage de mentions ‘‘Très Bien’’ est inférieur de 5 points pour les établissements des communes en zone rurale.

 Face à ces constats, un des enjeux majeurs du projet académique consiste à faire réussir tous les élèves, quelle que soit leur
origine sociale, culturelle et économique et d’accompagner chacun vers son excellence personnelle. Il convient de poursuivre
nos efforts en faveur de tous les publics dans un souci d’égalité des chances, et notamment en faveur de ceux qui sont
scolarisés dans les zones à risques d’échec scolaire. Notre politique éducative nécessite un ancrage local, dans le respect de
l’égalité et de la diversité de nos territoires : en réseau d’éducation prioritaire autant qu’en milieu rural, en secteur urbain ou
péri-urbain, à chaque endroit du territoire breton. Il en va d’une justice sociale face aux déterminismes et aux discriminations et
d’une cohésion territoriale pour la construction d’une citoyenneté sereine et responsable, porteuse de solidarité nationale.

 

La qualité des parcours des élèves en Bretagne

La qualité des parcours des élèves, leur cohérence, leur continuité et leur progressivité sont le fruit de l’engagement quotidien de l’ensemble de la communauté éducative. Une analyse fine de la réussite des élèves bretons sur l’ensemble de la scolarité obligatoire jusque dans l’enseignement supérieur montre que notre académie doit encore progresser en termes d’équité entre les élèves et entre les territoires.
Notre académie doit poursuivre les efforts engagés pour accompagner tous les élèves dans la maîtrise des compétences des élèves à s’intégrer et à évoluer dans une société en mutation constante et pour élever l’ambition scolaire de chacun.

 

La continuité des parcours vers la diversité de l’enseignement supérieur

 

Il est essentiel de conforter les efforts entrepris pour améliorer la continuité des parcours vers la diversité de l’enseignement supérieur. Une politique volontariste et équitable, partagée par tous les acteurs de la formation commence à porter ses fruits : 76.3% des élèves bretons s’engagent dans une poursuite d’études (moyenne nationale : 75.5%). La grande majorité poursuit ses études dans les établissements
d’enseignement supérieur en Bretagne (62 % des étudiants sont inscrits dans l’une des 4 universités bretonnes et leurs 8 IUT). Pour les bacheliers inscrits en BTS, CPGE, Universités - dont les IUT -, le taux de réussite à l’issue de la 1ère année reste toutefois stable à 61%.
   La première année de licence est encore, pour près d’un tiers des étudiants, un temps d’élaboration ou d’évolution du projet d’études.
L’expérience des services d’orientation montre que les jeunes ont souvent mal appréhendé le contenu des filières, en particulier celles qui s’appuient sur les disciplines non enseignées au lycée (Psychologie, Droit, STAPS...).
Il y a lieu de s’intéresser aux représentations qu’ont les lycéens des formations de l’enseignement
supérieur et de poursuivre au lycée le travail en partenariat pour conforter l’ambition et éclairer les choix de chacun.

Notre académie se doit d’oeuvrer pour que les parcours des élèves et leurs choix d’orientation s’affranchissent des déterminismes
sociaux, culturels, familiaux et territoriaux. Pour cela, il convient de se mobiliser pour accompagner tous les jeunes et renforcer
les ambitions scolaires des plus fragiles.

Partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

LES DSDEN

Carte des 4 DSDEN de Bretagne

.

Visuel Saisir les services de l'État